PIMAX 12K : la VR 3.0 en approche !

Après Varjo est son casque Aero (voir article ici), au tour de PIMAX de dévoiler son nouveau casque de réalité virtuelle : après le 4k, le 5k et le 8k, voici le 12K. Mais à la différence de Varjo la disponibilité n’est pas immédiate. Ce sera même plutôt fin 2022 qu’on aura du concret. On sait donc à quoi s’en tenir mais il faudra patienter…et économiser !

C’est donc ce 25 octobre que PIMAX a fait sa communication sur YouTube (ils on appelés ça Frontier) pour présenter son avancement et ses projets 2022. On peut donc dire que les projets sont fournis mais je ne m’attendais pas à une si longue échéance à tenir. Quelle déception ! Pimax semble dire que tout sera prêt, au pire, pour Noël 2022. Mais bon, rien n’est moins sûr, on sait comment ça se passe entre les prévisions et les échéances.

Y’a quoi la dedans ?

Bref, venons en au fait. On connait et on aime PIMAX pour le champs de vision très large offert par ses casques. C’est le véritable point fort et on est nombreux à attendre un nouveau casque de la marque qui a rapidement su jongler entre résolution et FOV.

Avec ce 12k, Pimax en impose direct rien que sur les caractéristiques annoncées : 5620 x 2720 de résolution, 200° de FOV horizontal…et 135° en vertical. Mais aussi Eye Tracking, réglage automatique de l’IPD, Ecran de nouvelle génération qui est, pour faire simple, un mix de OLED et LCD. Niveau lentilles c’est pareil, un mix des lentilles de fresnel et des lentilles asphériques. Bref, ça en jette non ?

Mais ce n’est pas fini puisque ce casque pourra être utilisé classiquement avec un PC, avec un bon vieux câble…ou sans. En effet une connexion sans fil sera possible et il y aura même un accessoire à brancher sur la casque pour optimiser la connexion (certainement en option). Le Pimax 12k sera également autonome comme l’est l’Oculus Quest pour jouer sans contrainte de câble ou PC . Bien entendu la résolution sera réduite mais faut avouer que là il font fort pour le marché de la VR même si c’est pas très important pour nous autres simracers.

Et pour en rajouter, PIMAX prévoit d’accompagner son 12K d’une VR station pour remplacer le PC. Ils sont fou chez Pimax !! Pour rendre possible cette utilisation autonome c’est une armada de capteurs qui vont équiper le casque. Certains (externes) pour la spatialisation et d’autres (internes) pour le facial tracking, le lip tracking ou encore le body tracking. Pas moins de 11 capteurs possibles au max. Et pour finir on peut rajouter des bricoles comme un micro noise-cancellling ou encore de meilleurs écouteurs.

Bon je fais une pause et vous laisse jeter un œil sur tout ça en vidéo (merci à la chaine Casques-VR).

A combien ce Pimax 12k ?

Sur le papier ça fait vraiment envie. En toute honnêteté je crois même que ça me donne encore plus envie que le Varjo Aero. Bon il va donc falloir attendre pour changer mon 5K+ et aussi économiser car c’est 2 399 $ dont il faudra se délester. Avec la conversion, les taxes et les frais de port on peut imaginer que ça représentera un peu plus de 2 500 €…un bel allègement. Et bien entendu toutes les fonctionnalités évoquées dans cet article ne seront pas d’origine et nécessiteront de repasser à la caisse. Moi ça me va car je ne veux que de la résolution, du FOV et de la qualité…pour le moment !

Mais nos amis de Pimax ne s’arrêtent pas là et savent mettre les choses en perspectives. En effet, histoire de rentrer des sous et engager les ventes prochaines du Pimax 12k il sera possible de déduire le prix d’achat de son casque Pimax de l’achat du 12k si on le fait prochainement.

J’ai pas compris combien de temps durait l’offre (apparemment 12 mois) mais c’est vraiment top. Ca permet d’étaler les paiement et d’avoir un top casque en attendant. Et en plus il y a 10 à 15% de remise en ce moment (et jusqu’au 31/10/21) sur les casques. Bon je fait quoi moi avec tout ça, je fais péter le 8KX ?

Bon, je vais réfléchir et je vous laisse regarder tout ça en détail sur la vidéo ci dessous, celles du Frontier de PIMAX. Vous pourrez découvrir tout ça un peu plus en détail (et en anglais) car dur de résumer tout ça en un article.