Qu’est-ce que le Simracing ?

Le terme Simracing se compose de la contraction du mot Simulation et du mot Racing qui signifie course et renvoi au monde du sport mécanique. On comprend donc logiquement que le Simracing correspond à la simulation de sport mécanique et plus précisément de sport automobile dans le cas présent.

Cette discipline est liée au monde numérique puisque c’est sous un environnement informatique qu’elle se pratique (PC ou console). Elle tend à reproduire tous les aspects de la course automobile, de la position de conduite du pilote aux équipements, en passant par l’organisation des courses. Le simracing peut être considéré comme un palliatif au sport automobile et ses pratiquants appelés Simracers (prononcez Simraceurs) sont donc des pilotes automobiles virtuels.

Un volant, un pédalier, une simu et c’est partit ?

Même si le débat est encore vif à ce sujet, pour certains (dont je fais partit) le Simracing se caractérise par l’utilisation au minimum d’un volant et d’un pédalier qui permettent de reproduire la gestuelle du pilote et d’être dans une posture de pilotage. Le Simracing peut s’exercer sur différentes plateforme (PC ou Console) même si il faut toutefois que le comportement des autos soit réalistes, on oubliera donc les jeux typés arcade.

…mais ce n’est pas tout !

L’évolution technique et technologique a permis au Simracing de se développer et de réduire encore un peu plus l’écart entre virtuel et réel. Aujourd’hui grâce à des vérins et autres moteurs, les installations peuvent être en mouvements et simuler les forces appliquées au pilote, les  mouvements de caisses ou encore les aspérités et inclinaisons de la route.

Au niveau des périphériques de pilotage, on notera par exemple que les pédaliers peuvent être équipés de capteurs de pression pour que la puissance de freinage soit fonction de la puissance d’appui sur la pédale de frein. Les volants ont des retours de force de plus en plus performants et puissants sans parler des shifters (levier de vitesses) qui apportent un réalisme de plus en plus poussé.  Et pour renforcer encore plus l’immersion, la réalité virtuelle a fait son entrée dans le Simracing trouvant là une de ses meilleures applications.

La genèse du Simracing ?

Rappelez-vous de votre enfance, juste après les petites voitures beaucoup se sont orientés vers les jeux-vidéos pour prendre virtuellement les commandes de voitures de courses. On jouait alors avec des manettes, à ce que l’on appelait communément des « jeux de voitures ».

Pour renforcer l’immersion, les manettes ont laissées place à un volant et un pédalier, les jeux de voitures sont devenus des simulations qui reproduisent le plus fidèlement possible les réactions physiques des autos. Les circuits ont été modélisés au plus près du réel, et de plus en plus souvent scannés au laser pour correspondre aux mieux à la réalité. On peut donc piloter « presque » comme en vrai en ressentant au travers du volant les réactions de l’auto, les bosses et aspérités de la piste…

Mais la proximité avec le réel ne s’arrête pas là puisque on peut s’affronter dans le cadre de championnats qui reproduisent l’organisation et le fonctionnement des courses réelles. On pourra régler sa voiture, faire des séances d’essais et de qualifications et se lancer dans des courses où les voitures peuvent être endommagées, peuvent tomber en panne ou bien finir la course avec brio au prix d’une concentration intense. Bref l’écart entre le virtuel et le réel s’amenuise.

 

Le Simracing demain

Simracing Expo 2018 - Simrace-Blog 115On observe aussi depuis quelques années l’utilisation de plus en plus répandue des simulateurs pour l’entrainement des pilotes réels ou le développement des voitures. Les liens entre sport-auto et Simracing s’amenuisent également avec les exemples de pilotes issus du monde virtuel (exemple avec la GT Academy de la saga Gran Turismo et le parcours des pilotes qui en sont issus). Mais l’évolution du Simracing passe aussi logiquement par le e-sport et il faut reconnaître qu’on est ici complètement dans le cadre. Dernièrement l’Allemagne, par le biais de l’association DMSB (Deutsch Motor Sport Bund), à établie le Sim Racing en tant que discipline officielle du sport automobile partant du principe que “dans aucun autre sport la réalité et la simulation numérique ne sont aussi proche l’une de l’autre que dans le sport automobile”. On peut supposer que l’exposition Allemande qui se déroule depuis plusieurs années au Nurburgring (la Sim Racing Expo) n’y est pas pour rien.

Chaque jour de nombreuses courses et championnats s’organisent sur Internet avec la présence de plus en plus d’équipes structurées et entraînées. L’intérêt des marques proches du monde du sport automobile ou de celui du jeux vidéo est grandissant et entraîne le développement de cette discipline. On peut donc aujourd’hui piloter pour se battre en piste et potentiellement gagner mais aussi simplement piloter pour le plaisir, à moindre coût et sans émission de CO2 🙂